Former

Renforcer les capacités des parties prenantes dans l'application des lois.

Observer

Observer,documenter et informer les parties prenantes et le public.

Influencer

Communiquer et suivre les dénonciations et les mesures prises.

Coordonner

Harmoniser les approches/méthodes et coordonner les interventions

Vérifier et auditer

Auditer et améliorer le système d'observation indépendante.

Dénonciations

Suivre les dénonciations et les mesures prises par les parties.

Arrow
Arrow
Slider

Observation 1De Juin à Août 2019, six (6) missions de vérification d’allégations d’activités forestières illégales ont été réalisées dans les régions de l’Est et du Sud. Les rapports de ces missions produits ont été soumis au Ministre des Forêts et de la Faune (MINFOF), aux délégations régionales du Sud et du Littoral. Au cours des missions, des infractions présumées ont été relevées par ces OSC membres du Système Normalisé d’Observation Indépendante Externe (SNOIE), certifié ISO 9001 :2015. Il s’agit entre autre de :

-          L’exploitation non-autorisée dans les forêts du domaine nationale

-          L’exploitation non-autorisée dans les Forêts Communautaires (FC) BOUMA BO KPODE du village Nomedjoh et CODEVIR de Nemeyong

-          Non-respect des normes techniques d’exploitation ainsi que des normes d’intervention en milieu forestier (NIMF), par la société COFA dans son l’UFA 10068, et la société forestière SIM dans son UFA 10 037 aux environs du village Koungoulou

-          Exploitation sans certificat annuel d’Exploitation (CAE) dans les Forêts Communautaires (FC) BOUMA BO KPODE du village Nomedjoh et CODEVIR de Nemeyong

-          Complicité d’exploitation non autorisée dans une Forêt du Domaine National dans le Village Nko’olong, Département de l’Océan, Région du Sud.

 

Afin de documenter ces présumées infractions, ces missions d’OIE ont été réalisées suivant l’approche du Système Normalisé d’Observation Indépendante Externe (SNOIE), respectivement par les organisations telles que : le Projet d’Appui à l’Elevage et de Préservation de la biodiversité en périphérie des aires protégées au Cameroun (PAPEL), Forêts et Développement Rural (FODER) et Centre pour le Développement Local Alternatif (CeDLA). Les ressources nécessaires pour réaliser lesdites missions d’OI ont été mobilisées dans le cadre du projet ‘’Voix des citoyens pour le changement : observation forestière dans le Bassin du Congo’’ (projet CV4C), mis en œuvre avec le soutien financier de l’Union Européenne (UE) et des partenaires et du projet « Intégrer le suivi communautaire en temps réel pour maintenir les moyens de subsistance et les forêts en Afrique centrale et de l'Ouest » (RTM2).

Au cours des investigations menées dans les villages suscités, des auteurs présumés des infractions ont été identifiés au cours de ces trois missions d’OIE. Il s’agit de :

-          AMOUGOU AMOUGOU Jules[1]assisté d’un certain DEGONZ (chef chantier) dans les actes perpétrés dans la FDN avec présomption de complicité avec la communauté,

-          Société COFA (aux environs du village Djaposten (Arrondissement du Dja/Mindourou)

-          Les gestionnaires de la FC BOUMA BO KPODE du village Nomedjoh et CODEVIR de Nemeyong

-          La SIM dans son UFA 10 037 aux environs du village Koungoulou

-          L’établissement ALOYSIUS BOIS, situé au parc à bois de Mendong (Yaoundé),

-          L’exploitant du nom de « DECO » exploitant dans les FDN aux voisinages de Nkongkeni avec la complicité des populations locales,

-          Divers acteurs relevant de chefferies traditionnelles dans les villages de Ngwei et Mapoubi (Région du Littoral), de l’administration locale et des individus des communautés villageoises pour complicité.

Les essences exploitées au cours de ces activités d’exploitation forestière présumée illégale sont essentiellement : le Bubinga, le Tali(Erythrophoeum ivorensis), l’Okan, l’Azobé, le Kossipo (Entandrophragma candollei), l’Ayous(Triplochiton scleroxylon), l’Azobé, l’Ekopbeli, le Bilinga, le Sapelli(Entandrophragma cylindricum), le Moabi (Baillonnella toxisperma), le Padouk (Pterocarpus soyauxii)…

Sur les cinq missions de vérification d’allégations d’activités forestières illégales, deux ont pu déclencher courant le mois de septembre 2019 des réactions du Ministère des Forêts et de la Faune (MINFOF) qui se sont traduits en la réalisation des missions de contrôle forestier et le lancement de la vente aux enchères publique des bois coupés illégalement et saisis. Les mises à prix des essences saisis étaient respectivement de 4 280 225 FCFA et 805 075 FCFA.

Téléchargez la Synthèse de tous ces rapports d’OI produits via les procédures du SNOIE.

 


[1] Amougou Amougou Jules avait déjà fait l'objet d'une mise en demeure selon le sommier des infractions forestières publié par le MINFOF du 13 mars 2018, dans le cas d’une autre dénonciation pour exploitation non autorisée dans les Forêts du domaine national, à Bissiang, arrondissement de la Loukoudjé, département de l’Océan dans la région du Sud. La dénonciation avait été faite en janvier 2017 par CeDLA (https://oiecameroun.org/index.php/sommier-des-infractions)

1) Référence du PVCI/Rapport de saisi: 008/PVCI/MINFOF/DRSU/NLS

2) Référence de mise en demeure 2438/L/MINFOF/CAB/BNC/C4 du 21 Juin 2017

3) Référence du PVCI: 02/PVCI/MINFOF/DRS/DDOC/ du 08 février 2016

4) Référence de mise en demeure 4420/L/MINFOF/CAB/BNC/C4 du 17 Novembre 2016"

 

 

Play
Slider