Former

Renforcer les capacités des parties prenantes dans l'application des lois.

Observer

Observer,documenter et informer les parties prenantes et le public.

Influencer

Communiquer et suivre les dénonciations et les mesures prises.

Coordonner

Harmoniser les approches/méthodes et coordonner les interventions

Vérifier et auditer

Auditer et améliorer le système d'observation indépendante.

Dénonciations

Suivre les dénonciations et les mesures prises par les parties.

Arrow
Arrow
Slider

DSCN1740La Société des Bois Africains du Cameroun (SBAC), attributaire de l’UFA 10050, serait depuis plusieurs mois en train de couper du bois au-délà des limites de l’UFA qui lui a été attribuée. Cette UFA est située aux environs des villages Massea, Nkoulkoua et Londjap, dans l’Arrondissement de Somalomo, Département du Haut-Nyong, Région de l’Est– Cameroun. Une mission d’Observation Indépendante Externe (OIE) du Système Normalisé d’Observation Indépendante Externe (SNOIE) certifié ISO 9001 :2015, a permis de collecter des faits qui ont permis de relever l’infraction d’exploitation hors des limites de l’UFA 10050.

Cette mission d’OIE réalisée par l’association Forêts et Développement dans cette UFA, a également permis d’observer que la SBAC s’est aussi fait coupable présumée d’une exploitation non autorisée dans les forêts du domaine nationale aux voisinages des villages Nkoulkoua et Londjap avec non-respect des normes techniques d’exploitation forestière.

Dans le rapport d’OI soumis au cours du mois de juillet 2019 au Ministère des Forêts et de la Faune (MINFOF) pour dénonciation, l’équipe d’observateurs de FODER a relevé sur le site de l’exploitation où se déroule les présumées infractions forestières de la SBAC, la présence du marteau forestier (EFC 22 CAMEROUN) sur les billes. Un marteau qui est probablement celui d’un agent du MINFOF (Ministère des Forêts et de la Faune) territorialement compétant à Somalomo, et qui pourrait être assimilé à la complicité entre ce dernier et l’auteur des faits. La SBAC ayant visiblement essayé d’effacer les indices rattachant son forfait à l’attributaire de l’UFA 10050.

L’association Forêts et Développement Rural, au cours de la mission d’OIE a pu relever plusieurs indices d’exploitation forestière illégale, parmi lesquels : des souches et billes non marquées, des parcs situés dans l’UFA 10050 et dans les forêts du domaine nationale contenant des billes de bois portant uniquement les marques « EFC 22 CAMEROUN » (Marteau forestier). Des billes portant les marques « SBAC UFA AAC1 », ont été également observées dans les FDN. Les essences les plus exploitées par la SBAC dans le cadre de ces activités d’exploitation présumée illégale, sont entre autres le Kossipo, l’Anigré, l’Ayous, le Padouk, le Kopeli, l’Okan, le Fraqué, le Movingui. 

Les activités d’exploitation forestière présumée illégale présumées perpétrées par la SBAC, se déroulent en violation des normes d’intervention en milieu forestier (NIMF) et de la loi 94/01 du 20 janvier 1994 portant régime des forêts, de la faune et de la pêche précisément ses articles 46 (1),et 47(1) et 53 (1). Ces faits d’illégalité sont aussi réprimés par l’article 158 de la même loi forestière de 1994. Si le Ministère des Forêts et de la Faune prend toutes les mesures pour assurer le contrôle dans l’UFA 10050 comme recommandé par FODER, et si le cas est avéré, la SBAC  pourrait être frappé d'une amende de 3 000 000 à 10 000 000 francs CFA et d'un emprisonnement de un (1) an à trois (3) ans ou de l'une seulement de ces peines.

 

 

Play
Slider
  • Ajesh
  • Aped
  • Asd
  • Astrashe
  • Cafer
  • Cajad
  • ced
  • Fctv
  • Foder
  • Astevi
  • Suhe
  • Papel
  • Saild
  • Ecodev
  • Cadde
  • Cedla